Édito

Édito du 2 mai 2018

Le Moulin Richard de Bas est le premier musée vivant de France et le dernier moulin à papier chiffon d’Auvergne. Il est toujours en activité et produit quelques 200 feuilles de papier par jour, destinées aux éditeurs, artistes et autres amoureux de l’art au naturel.

J’ai reçu un courrier de “SOS victimes de notaires” nous invitant à participer à leur assemblée générale le samedi 12 mai 2018. Une invitation à venir débattre de notre avenir, à nous réconforter mutuellement et décider de nos moyens de survie face à une justice de plus en plus défaillante.

Un de nos magistrats sera présent à cette assemblée à titre personnel et pour nous représenter. En effet, Mme Gisèle Néron connaît notre association, et le but que nous poursuivons de créer une confrérie d’éthique correspond aussi à sa démarche. Nous avons besoin de nous rassembler pour réagir à l’inertie de la société française qui n’arrive pas à concevoir l’existence d’une association de victimes de notaires !…

Différents courriers ont été envoyés aux médias qui apparaissaient susceptibles de soutenir une démarche comme la nôtre. Courriers dont nous attendons les réponses ! J’ai nommé ici Médiapart, Le Canard Enchaîné, Marianne, RMC Bourdin, RMC les GG pour les plus connus, et j’en passe.

Quand j’écoute les tables rondes organisées sur les chaînes télévisées, je dois avouer que mon exaspération face aux propos de la presse et de la plupart des journalistes se confirme. Leurs discours marquent leur déclin et leur part dans le processus de “pourriture” au sein de notre société ! Depuis longtemps les Français embrassent le collectivisme et le syndicalisme et aujourd’hui une fuite en avant vers l’autodestruction du pays a pris le dessus !…

Les journalistes clament de beaux sentiments, sans remettre en question le fond du problème. C’est de la télé spectacle, du “m’as-tu vu ?”, de la masturbation intellectuelle. Et pourtant la “déliquescence” de l’identité du pays, la perte de nos mœurs, de nos habitudes, et de notre art de vivre aujourd’hui en France, ne sont malheureusement pas une vue de l’esprit.

Ce n’est pas un accident non plus : certains journalistes, politiciens, syndicalistes, et “élites” de Matignon, de la Défense, et expats de Londres ou de New York… sont responsables de leur irresponsabilité. Les problèmes de fond ne sont jamais abordés ! Seule une partie des conséquences latérales est relevée. Ils sont incapables de profiter de leur médiatisation par conflit d’intérêts. Ils sont tenus par les lobbies qui les emploient et ne peuvent profiter de l’impact réel de leur notoriété.

Désordre et vandalisme, véhiculés par les médias, font peur et sont encouragés par les images et les discours. En occupant ainsi les Français avec des “polémiques” – sur “les inégalités”, par exemple, ou sur la “solidarité” – ils restent à l’abri des regards, pour en tirer bénéfices !… Cependant, ce qu’ils ignorent, ou peut-être s’en fichent-ils , c’est que le système risque de bientôt exploser !

A force de conduire la France au bord du précipice, ils vont nous faire tomber. Le problème, c’est qu’ils vont tout faire pour s’épargner eux… et nous faire payer, nous. Pour leurs erreurs. Leur avidité. Leurs méfaits et délits.

SOS Victimes de Notaires, Notaires en Coma et Le Soleil des Seniors restent des associations scandaleuses pour certains, soumises dès lors à la censure par une classe politique sans imagination et sans courage. Il y a, en effet, plus d’avenir mafieux dans les trafics immobiliers que dans les braquages ou autres arnaques. Les rapports entre médias, politiques et notaires, en matière de blanchiment d’argent, expliquent la décadence de notre système économique. Combien de notaires ont appris à planquer des SCI destinées à venir en relais utiles dans un affairisme toujours plus cynique !…

Et pendant ce temps, les avocats ne cessent de devenir des professionnels inabordables tant pour leurs explications que pour leurs honoraires. Ils s’enferment dans leur monde, ils n’expliquent plus rien, ils découragent et démoralisent leurs clients au lieu de nous porter à réagir et à combattre.

La justice sert d’abord à faire vivre ceux qui en vivent : avocats, notaires, huissiers, experts, etc. Vous avez des milliers de magistrats qui peuvent vivre tranquillement de leur travail sans grande responsabilité. Pour les justiciables qui ne peuvent bénéficier de l’aide juridictionnelle (faites pour les pauvres, ceux qui sont appelés à perdre leur procès sans pouvoir se manifester), ils sont condamnés à passer quelques années en justice, grande instance, appel, cassation, et retour à la case départ pour se retrouver au bout du compte déboutés, fauchés et écœurés !…

Une réforme de la justice : OUI…
mais adaptée à notre portefeuille et rendue en toute impartialité.

Une bonne nouvelle concernant mon affaire perso, enfin un journaliste nous a contacté et va se faire un plaisir d’écrire un article sur un journal régional de Basse-Normandie : ça va permettre de décoincer quelques portes restées bloquées jusque-là. Je vous en dirai plus la prochaine fois.

Ne perdez pas de vue l’essentiel, la réalisation d’une confrérie d’éthique qui devient de plus en plus nécessaire et utile pour vous, pour nous tous, alors n’hésitez pas à vous inscrire au moins comme “Adhérent Citoyen” : c’est gratuit et cela reste confidentiel.

Transformons-nous en force silencieuse, tranquille, mais vive.

Et je répéterai la citation du Dalaï Lama : « Si vous avez l’impression d’être trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir. »

Soyez très très nombreux à nous rejoindre.

À la prochaine,

Claude

 

 

 

 

Le Soleil des Séniors
Association
© Copyright 2017

12, rue Anselme
93400 Saint-Ouen

06 51 31 68 60
contact@lesoleildeseniors.com

Qui sommes-nous ?
Contact
Mentions légales
Seine-Saint-Denis
Saint-Ouen
Région Île-de-France