Édito

Édito du 5 février 2018

Une bonne bouffée d’oxygène pour oublier un instant notre statut d’esclaves modernes dans ce beau pays qui reste encore le nôtre. Durant combien de temps ?…
Je me le demande ?…

Une bonne bouffée d’oxygène pour oublier un instant
notre statut d’esclaves modernes dans ce beau
pays qui reste encore le nôtre.
Durant combien de temps ?…

Je me le demande ?…

Quinze jours que notre site est accessible ! Nous avons reçu des compliments et quelques critiques par téléphone et Messenger : merci pour votre intérêt, c’est encourageant. Maintenant, il faut passer à la vitesse supérieure et confirmer votre considération en vous inscrivant comme “Adhérent Citoyen”. C’est gratuit et ça nous sert de pétition (officieuse). En effet, pour qu’une pétition soit prise en compte par le CESE (Conseil économique social et environnemental), il faut au moins 500.000 signatures pour que celui-ci donne son
avis au gouvernement, “à titre consultatif” (ndlr. dans les conciergeries d’immeubles ou les commissariats,
on appelle ça “une main courante”).

Donc, comme vous le voyez, vous ne risquez rien, d’autant plus qu’il semblerait que les pétitions en ligne n’ont aucune valeur juridique. Elle restera donc dans nos tiroirs mais en vous inscrivant comme “Adhérent Citoyen”, cela nous permet de mieux nous connaître et d’échanger… Quant à la création d’une confrérie d’éthique, le petit nombre de juristes intègres disposés à la mettre sur pied est bien présent. Super, c’est bien.

Comme vous le savez, je suis un retraité du privé. Pas la peine de vous faire un dessin à ce sujet : j’ai une toute petite retraite. Et l’inégalité qui existe entre les retraités du privé et du public, c’est à s’arracher les cheveux. Quand je pense à l’un des trois mots de la devise de notre “chère” France, “Egalité”, inscrite dans la Constitution depuis 1958 : je crois que nos membres du Congrès sont amnésiques ou inconscients !…

Je ne vais pas entrer dans le détail du fait que nos institutions sont devenues de véritables usines à gaz.
Et c’est voulu. Nos élus vivent de notre ignorance. Et l’ignorance contraint le contribuable à la docilité.
Une bénédiction pour le fisc… A votre avis, pourquoi la fiscalité française est-elle si complexe ? Ce qui est illisible est impénétrable : de quoi décourager les contestataires. Mais ne désespérez pas…

Vous êtes propriétaire ?… Moi, je n’en ai plus les moyens. Mais vous ?… Attention, la tempête fiscale risque de se lever à nouveau. Et cette fois, ce sont les impôts locaux qui vont frapper. Et comment savoir ce que vous devrez ?… Eh oui, la taxe foncière est si obscure, indéchiffrable pour le contribuable “ordinaire”… Contester ? Vous n’en avez pas les moyens. Le rouleau-compresseur fiscal vous plaque dos au mur et s’impose à vous… Désarmé, vous savez d’ores et déjà que vous paierez le montant réclamé. Mais pourquoi vous laisser faire ?

Vous ne pouvez certes pas contester les taux qui figurent sur votre avis d’imposition. Mais vous pouvez contester la base taxable mentionnée sur cet avis parce qu’il arrive que le fisc fasse des erreurs !… Des erreurs qui conduisent à la surévaluation de la taxe que vous payez : erreurs de frappe ou de report de chiffres ; erreurs de mauvaises parcelles taxées ; erreurs dues à la taxation d’office ; erreurs de non application de coefficient figurant dans les procès-verbaux ; erreurs d’appréciation des coefficients de pondération, de degré d’entretien, de condition générale, de situation générale ; etc…

Alors contrôlez-la… et contestez. Je peux vous garantir qu’il existe des solutions tout à fait légales qui peuvent vous permettre de rétablir la vérité et de faire baisser la note. Je peux aussi vous affirmer qu’il est possible, par vous-même : de calculer et de contrôler votre taxe foncière ; de viser des allègements ; d’obtenir des dégrèvements, remboursements.

Vous n’avez pas besoin d’être expert… vous n’avez pas besoin d’être un spécialiste… Tout ce dont vous avez besoin c’est de la curiosité, de l’intérêt, et la volonté d’agir.

Vous ne regretterez qu’une seule chose : ne pas avoir agi plus tôt.

Si cela vous intéresse d’en savoir plus, inscrivez-vous en tant que “Membre Actif”.

À la prochaine,

Claude

 

Une petite parenthèse : inutile de vous inscire si c’est pour le faire sans conviction sous un faux nom.

 

Le Soleil des Séniors
Association
© Copyright 2017

12, rue Anselme
93400 Saint-Ouen

06 51 31 68 60
contact@lesoleildeseniors.com

Qui sommes-nous ?
Contact
Mentions légales
Seine-Saint-Denis
Saint-Ouen
Région Île-de-France